vendredi 19 juillet 2013

Face aux esclavagistes, compte-rendu de partie.

Haeldra Faêr, la kitling jouée par Olivier, a décidé de se rendre sur Forlame où elle a eu vent d’odieux trafics d’esclaves, essentiellement des enfants et des femmes kitlings. Il est temps d’y mettre fin et elle pense pouvoir jouer un rôle dans cela.

Elle débarque à la Sardinette, un petit port de pêche calme. Alors qu’elle profite du beau temps pour se promener sur le sentier côtier, elle aperçoit un bateau libreterran, un trimaran qui file sur l’océan en longeant la côte. « Vent de Magie », pense-t-elle...

Soudain, le bateau se dresse verticalement à plusieurs mètres de l’eau et retombe lourdement en un craquement sourd. La vergue se rompt et, en tombant, assomme Rostene, l’Edrulain homme-loup. Un des enfants kitlings arrachés aux trafiquants d'esclaves lors de la session précédente tome à l’eau. Sans hésiter une seconde, et faisant fi de sa peur malade de l’élément marin, Garphilde plonge à sa rescousse et le sauve de la noyade.

Le bateau vient s’échouer sur la plage et Haeldra les rejoint pour les aider. Elle reconnait avec plaisir son vieux complice Garphilde, rencontré quelques années auparavant et avec lequel elle s’est livrée à quelques trafics dans les Milîles (« De l’herbe à chat », suggère Mathieu qui gagne un point d’héroïsme pour ce bon mot).

Alors qu’ils se remettent de leurs émotions, un énorme oiseau jaillit par-dessus la forêt et s’empare d’un des petits kitlings qui se sont éloignés pour jouer et l’emporte au-dessus de la mer. Daär, le fidèle faucon, le suit à la trace et reviendra apprendre aux aventuriers qu’il a déposé le gamin sur une tour dans un hameau sise sur une île située au nord-est



Nos aventuriers apprennent rapidement qu’il s’agit de l’ile de Brahet et qu’elle serait le refuge du terrible capitaine Alceste de Voalan, le patron du « Pou des mers » qui a son actif maintes exactions : trafic d’esclaves, piraterie avec massacre d’innocents, meurtres divers. Certains prétendent même qu’il mettrait de l’eau dans son vin ! Que d’horreurs !

Faisant preuve de conviction et à l’aide d’un bijou de valeur donné par Lauranna, ils trouvent un bateau et embarquent Faldelle, qui (entre autres talents) est maîtresse des vents. Ils débarquent à la nuit tombée et se dirigent discrètement vers la ferme où le petit kitling a été a été déposé par l’oiseau. Ils entrent rapidement en contact avec des esclaves retenus prisonniers, qui leur apprennent que la ferme est habitée par Azoreth, un vil sorcier, sa maîtresse et six brutes mais aussi que l’équipage du Pou des mers réside dans une grande maison à quelques dizaines de mètres.

« Cela fait beaucoup d’adversaires », se disent les deux kitlings. »Il va falloir ruser »

Un plan est rapidement élaboré. Faldelle se place en embuscade entre la ferme et le dortoir des malandrins et met en place un tonneau rempli d’une poudre étrange mise en point par le thaumaturmagénieur Tronel et laissé à ses compagnons. Haeldra et Garphilde pénètrent dans la tour par le grenier en ayant escaladé le mur. Ils entreprennent de descendre et, au second étage, découvrent le petit kitling enfermé dans une cage et laissé à la garde d’une démone aux appâts... fort aguichants. La démone leur propose de les laisser libérer l’enfant s’ils la libèrent : sa cheville est en effet enchaînée et elle n’a qu’une liberté de mouvement toute relative. La clé de la chaîne est au cou du sorcier Azoreth.

Le sorcier sera promptement mis hors de combat (belle utilisation de points d’héroïsme) de même que sa maîtresse. Les PJ libèrent l’enfant et la démone. Cette dernière veut remercier Garphilde en lui prodiguant son affection tout en le poussant vers le pentacle tracé sur le sol de la salle. Le kitling ne s’y laisse pas prendre et la démone, vexée, après avoir brisé la fenêtre et s’être emparée du sorcier bâillonné et ficelé comme un saucisson, hurle "A l'aide !" puis disparait en bondissant sur le pentacle dans un tourbillon de flammes méphitiques.

Son cri semble avoir réveillé tout le hameau. Haeldra file vers le bateau avec l’enfant et Garphilde retourne délivrer les esclaves. Les trois malandrins qu’il croisera ne le retiendront à peine quelques instants (c’est bien les points d’héroïsme, hein Mathieu ?) mais l’équipage du Pou des mers, une quinzaine de robustes marins bien armés arrive ! Qu’importe ! Le tonneau explose, quelques pirates (ou morceaux de pirates) volent dans les cieux et tous nos joyeux compères embarquent.

Alors que Faldelle conjure le vent pour faire avancer le bateau, Alceste de Voalan surgit, fou de rage. Il pointe un tube de métal (un pistolet, ça commence à se répandre dans les Folandes) vers eux et Haeldra est frôlée par un projectile qui l’assomme presque (utilisation du stock de points d’armure).

L’infâme pirate hurle alors « Je vous retrouverai ! Je vous retrouverai et ma vengeance sera terrible ! » (Air connu)

Grâce aux talents de Faldelle, nos aventuriers rejoignent leurs compagnons. Là, la guérisseuse Lauranna (une libreterranne dont les talents pour le soin n'ont d’égaux que sa beauté et son charme) soigne l’enfant blessé et fait le nécessaire pour qu’il oublie tout de sa confrontation avec le sorcier et la démone. Puis, fatiguée, elle s’en va rejoindre Garphilde et l’entraîne sous la tente. Là, elle se livre à son activité favorite avec lui, activité que seule la crainte de la censure nous interdit de décrire de façon plus explicite.

Faldelle explique à Haeldra avec un sourire en coin « Nous autres, magiciens, avons différents moyens de reconstituer nos forces. Vous avez deviné quel est celui qui recueille les faveurs de Lauranna. Quand nous retrouverons notre ami Harek (6e du nom), ayez la gentillesse de ne pas lui en parler. Il est l’amant de Lauranna et a du couple une vision très étroite, si vous voyez ce que je veux dire »

Il reste quand même quelques mystères à résoudre :

1) Quelle est l’origine de « l’accident » du  bateau edrulain ?
2) Que trame l’infâme Alceste de Voalan ? Certes, son équipage est décimé, mais pas anéanti !
3) Comment est-il possible que La Sardinette soit un port si calme et paisible, à une demi-journée de mer d’une île servant de refuge à un pirate et à peine plus de Port-Safran, un comptoir de pirates et de malandrins ?
4) Quelles sont ces ruines mystérieuses entrevues sur la carte de la région à l’auberge du Merlu Joyeux ? (Il est permis de s'enthousiasmer sur les talents du cartographe)
5) Nul doute que l’infâme sorcier Azoreth va revenir... et il ne sera pas content !

Aucun commentaire: