dimanche 15 juin 2014

Fripon(ne)s RPG - Fu Folandes Fantasy, juin 2014 (Magie)

Edition du 2/08/2015 : Pour trouver les versions les plus récentes du jeu, rendez-vous sur cette page. Les liens ci-dessous sont morts... (oui, c'est très triste)

Bon, c'est décidé, Fu Folandes Fantasy devient officiellement Fripon(ne)s RPG




Un nom pour afficher clairement l'orientation du jeu et le fait de jouer des filous au grand coeur dans un univers où la morale et l'éthique sont très... particulières ?

Voici donc la livraison de juin.

Dans cette livraison de juin, à part quelques modifications de forme, vous trouverez de nouvelles règles de Magie. Pour pouvoir lancer un sort, le jouer incarnant un mage devra mettre en jeu des points FU qu'il n'a pas forcément et subir des retours de pouvoir si tout ne se passe pas bien.

Reportez-vous page 31 et suivantes du document.

Après avoir testé ces règles, je pense m'attaquer à des règles de combat un peu plus enlévées. Toute suggestion ou piste est la bienvenue.

Portez-vous bien et bonnes parties !


dimanche 1 juin 2014

Notes de cours à la Haute École de Guerre de la légion verougue...

...dérobées par un Edrulain au Général Kornin Zeroff
et confiées aux bons soins de Dame Lizenne.


Les Edrulains…
D’abord, il me faut rétablir la vérité mise à mal par certains de nos prétendus historiens. Les Edrulains ne nous ont pas vaincus lors de la campagne du Logran. Le Sénat à fait le choix, fidèle en cela à son esprit comptable et mercantile, de ne plus allouer les crédits nécessaires à cette campagne, arguant que les retombées économiques étaient inférieures aux coûts de maintien en situation opérationnelle de nos forces.
Bref, il est inutile de refaire l’histoire. Ces rats galeux sont désormais là et nous sommes contraints de les affronter.
Il me faut reconnaître qu’hélas, nous savons fort peu de choses à leur propos. Nous sommes néanmoins sûrs qu’ils sont peu nombreux.  Nous estimons leur nombre à deux à quatre milles hommes et femmes, parmi lesquels une grosse moitié de guerriers, le reste étant constitué de sorciers et de guérisseurs.
Il est également avéré qu’ils recrutent largement en dehors de leur île d’origine, particulièrement dans nos colonies. On trouvera donc parmi eux des taurins de Terra Furiosa, des hommes-loups de Wolga, des Verlandais en pagaille, des kitlings de Litrun et même des elfes et des nains (alors que nous ne leur avons encore rien fait).
Du fait de leur faible effectif, et bien sûr vu leur manque total d’honneur et de courage, ils ne nous affrontent jamais de façon frontale, préférant embuscades et attaques sournoises quand le rapport de force leur est très favorable.
Vous savez qu’ils usent et abusent de sorcellerie. Hélas, nos informations à ce sujet sont confuses. Quelle est l’étendue exacte de leurs pouvoirs, nul ne peut le dire. Donc, jusqu’à nouvel ordre, la conduite à tenir vis-à-vis de vos subordonnés ne change pas : la sorcellerie n’existe pas et, quand ils y sont confrontés, elle doit être analysée et présentée comme une hallucination collective et ceux qui en parlent doivent être punis. La menace d’une dégradation, d’une retenue de solde ou, s’il le faut, d’un séjour aux arènes est très dissuasive.
Dans les combats face à ces maudits Edrulains, vos hommes auront pour cibles privilégiées les hommes désarmés et les femmes. Justifiez cela en expliquant que c’est la meilleure façon de briser le moral des troupes adverses. Il est de plus avéré qu’une troupe sans sorciers battra rapidement en retraite.
Ne faites pas de prisonniers.

Si vous étiez amenés à en faire, n’hésitez pas. Débarrassez-vous en immédiatement, de la façon la plus discrète possible. Ceux à qui vous confierez le soin de le faire seront enjoints de façon impérative au silence. Ces maudits Edrulains ont pour habitude d’éliminer ceux qui procèdent à ces tâches indispensables, sachez le rappeler à vos hommes… après qu’ils aient fait ce qu’ils avaient à faire. Soyez vigilants. De nombreux exemples montrent que nos soldats, particulièrement parmi les mercenaires et les troupes auxiliaires, préfèrent laisser filer ceux dont ils avaient la charge plutôt que d’obéir aux ordres.

(J'ai retrouvé ce texte, traînant sur mon disque dur. A la relecture, je l'ai trouvé amusant et intéressant. Autant vous en faire profiter...)