samedi 26 septembre 2015

Lauranna, ambassadrice de la Confrérie des Edrulains à Havredoux

S'il est un PNJ qui revient dans à peu près toutes mes parties, c'est bien Lauranna.

Lauranna vue par Jahyra 

Havredoux est le cadre idéal pour une partie de Fripon(ne)s. Ville cosmopolite, elle est en paix avec tout le monde dans les Folandes, en particulier parce qu'elle ne peut pas être attaquée (lisez Face aux démons pour en savoir plus sur son protecteur). Son calme (apparent), son opulence, la tolérance et l'accueil de ses habitants attirent marchands, érudits et aventuriers.

L'ambassade de la Confrérie a été créée quelques mois après la fin de la guerre de libération. Lauranna en est l'ambassadrice depuis le début. En tant que magicienne, le temps n'a guère de prise sur elle et, bien qu'âgée de plus de 60 ans, elle a encore le physique d'une jeune femme.

On ne sait pas grand chose de ce qu'a pû être la jeunesse de Lauranna sur Libreterre. Elle a participé à la fin de la guerre mais n'en parle presque jamais.

Concept principal : Maître Edrulaine Guérisseuse , ambassadrice de la Confrérie des Edrulains en la bonne ville d'Havredoux




Corps : Superbe et Blonde
Esprit : Spirituelle et Obstinée

Magie :
  • Les mains qui guérissent 3
  • Magie des esprits 2
  • Dodo les petits
Atouts :
  • Séduire et minauder 2
  • Diplomatie 2
  • Mentir comme un arracheur de dents
  • Passer pour une cruche
  • Connaissance de l'étiquette
Equipement : 
  • Une musette magique lui permet d'emmener toujours avec elle une impressionnante garde-robe (qui reste impeccable) qui ne tiendrait pas dans la plus grande des armoires. Attention, cette musette ne permet de transporter que des vêtements de Lauranna
  • Un carnet d'adresses très épais et bien rempli
Failles 
  • Haine de la souffrance. Lauranne ne peut s'empêcher de soigner un malade ou un blessé auquel elle est confrontée, même s'il s'agit de son pire ennemi.
  • Totalement incapable de violence physique : Heureusement pour elle,Lauranna ne sort que très exceptionnellement de l'ambassade sans un ou deux gardes du corps prêts à se faire hacher menu (et à hacher menu l'adversaire). 

En amour, j'aime autant les dames que les messieurs et j'ai de grands appétits. De très grands appétits.

Edrulaine pour préserver la beauté du monde.

Prouesses :
  • Encore un et j'arrête : Si Lauranna subit une condition "fatigué" quand elle a trop usé de Magie, une fois par session, elle peut bénéficier de deux dés supplémentaires sur le jet de dé d'un sort de soin sans dépenser de points de peps.
  • Mon corps contre tes secrets : Une fois par session, pendant ou après un rapport sexuel consenti avec la cible du sort, Lauranna peut bénéficier  de deux dés supplémentaires sur le jet de dé d'un sort pour lire l’esprit de la cible sans dépenser de points de peps. Ce sort ne nécessite pas de parler ou de faire des gestes particuliers, si ce n’est de toucher (sensuellement, bien sûr) la cible.
Aspects
  • Des seins à damner un servant de l'Unique
  • L'élégance faite femme : Toujours tirée à quatre épingles, Lauranna raffole des robes légères aux décolletés qui mettent en valeur ses charmes.
  • Bonne vivante. 
  • Femme du monde
  • Quand c'est non, c'est non : Lauranna ne couchera jamais avec quelqu'un qui ne l'attire pas mais elle n'aura aucun scrupule à l'attirer dans sa chambre
  • J'ai eu des centaines d'amants et d'amantes : Forcément, dans le lot, il y a quelques jaloux, mais la majorité d'entre eux continue d'entretenir de bonnes, quand elles ne sont pas excellentes, relations avec Lauranna. Au passage, c'est un aspect que pourraient posséder un bon nombre d'Havredouciens et ça ne choque pas grand monde (bien au contraire) dans la ville blanche.
  • Jeux de pouvoir : Après 30 ans passés à Havredoux, Lauranna maîtrise à merveille l'art de la diplomatie et de l'alliance
Sous une apparence légère et frivole, Lauranna prend très à coeur son rôle.

Du fait de ses dons de guérisseuse dont elle use plus que généreusement, allant jusqu'à se mettre en péril , innombrables sont ceux, de toutes conditions et de tous milieux, qui lui doivent la vie ou de s'être sortis d'une bien mauvaise passe.

Si on ajoute à ces gens tous ceux qui l'apprécient du fait de ses grandes qualités, Havredoux grouille littéralement de gens prêts à aider Lauranna ou ceux qu'elle désignera (et à qui cela coutera généralement un point de peps)

Bien sûr, il est à peine imaginable qu'un de vos fripons ou friponnes ne tombe pas amoureux de Lanranna, surtout que vous ferez tout pour !

Edition du 16/04/2017 : Quelques menues corrections (entre autres, adaptations des prouesses à leur description dans le jeu à paraître), changement d'actrice pour le rôle. Blake Lively étant prise pour un autre rôle, ça créait des confusions dans la partie.

Plus sérieusement, les illustrations en couleurs de ce billet sont issues de Coraline, Tome 1 de la série Songes, une BD (vraiment superbe, au passage) de Denis-Pierre Filippi et Terry Dodson  chez Les Humanoïdes Associés - 2006

dimanche 20 septembre 2015

Pistes de scénarios pour la fin des années 60 (et une petite annonce...)

Note préliminaire : ceux qui ont envie de lire Face aux démons et qui n'aiment pas du tout les spoilers se passeront avec profit de la lecture de cet article...

Généralement, je fais jouer mes aventuriers à la suite immédiate de Face aux démons, à partir de la fin de l'année 66.

Profitons-en pour remettre une carte des Folandes, pour illustrer notre propos :



Nous sommes alors en présence de Folandes plus ou moins apaisées. Les Verougues n'ont plus pour colonies que Solker (une province au sud de Verlande), la Britaine (le nord-est de Borêne) et une partie des Milîles...


Nos amis colonialistes vont désormais se consacrer aux Milîles, qui présentent l'avantage d'être assez proches de chez eux, de pouvoir être conquises une à une, d'être désunies et qui disposent d'armées ridicules.

Bien sûr, pour justifier des expéditions militaires auprès de leur opinion publique, qui commence à se lasser des aventures guerrières qui finissent mal (maudits Edrulains !) et coûtent une fortune en impôts, ils vont devoir créer des incidents justifiant les interventions : Assassinats de diplomates, agressions de voyageurs, refus de signer des traités commerciaux... Ce dernier point constituant sans doute ce qu'il y a de pire qu'on puisse faire à un Verougue ! Nos fripons et friponnes auront donc mal de pain sur la planche pour leur mettre des bâtons dans les roues (et une première idée, une).


La guerre civile a pris fin sur Borêne. Kirondo, le seigneur de guerre qui s'est assis sur le trône, sera facilement manipulable par les Edrulains tant qu'il n'aura pas un puissant sorcier ou un démon pour le protéger (Une deuxième idée). Et il y aura toujours sur Borêne des orphelins, des (jolies) veuves, des barons crétins, des inquisiteurs à sauver, à empêcher de nuire ou tout simplement à ridiculiser (une troisième idée)

Malinche peut permettre de passer quelques mois, voire quelques années, fort aventureux. Il y a quantité de magesclaves à sauver et donc des darons et des maîtremages qui ne seront pas d'accord. (Quatrième idée)

Pour ceux qui, bien que, selon moi, le système ne s'y prête pas vraiment, ont envie de faire parler l'acier, les montagnes au centre de l'île pullulent de gobelins et autres trolls. Il y a plein de trésors à aller récupérer. Je vous laisse imaginer pourquoi vos friponnes et fripons iraient risquer leur peau pour aller piller des ruines antiques et déranger la tranquillité de peaux-vertes qui ne leur ont rien fait mais il y sans doute d'autres choses (ou personnes) à récupérer : un artefact indispensable, un enfant enlevé, une jeune (et jolie, forcément jolie) jeune dame également enlevée ou perdue ou, de façon plus originale, un affreux individu dont le témoignage est indispensable et qui ne sera sans doute et à priori pas d'accord pour suivre nos aventuriers ... (Cinquième idée)
Et puis, il y a ... Steffy d'Armale.

Steffy d'Armale est une puissance sorcière qui n'a qu'un seul but dans la vie : amasser la plus grande fortune possible. Elle n'a sans doute pas mangé à sa faim durant sa prime jeunesse ou trop fréquenté les Verougues, toujours est-il qu'elle n'en a et n'en aura jamais assez.

Et comme elle maîtrise à la perfection la métamorphose en un autre individu (dame ou monsieur, jeune ou vieux, dans n'importe quelle race des Folandes) entre autres talents magiques, elle peut être indifférement une jeune dame elfe magnifique, un homme dans la force de l'âge, un vieillard à l'air inoffensif.

Vu qu'elle n'a pas le moindre soupçon de morale ou d'éthique, elle va croiser un jour ou l'autre vos aventuriers et ces derniers vont l'empêcher de mener à bien ses plans machiavéliques.

Elle n'aura alors de cesse de les poursuivre de sa haine et nos friponnes et fripons lui rendront coup sur coup, car un fripon n'aime pas qu'on lui casse les burnes (ou les ovaires). Bien sûr, ils pourront compter sur l'aide des Edrulains...

C'est ce que j'ai commencé à faire avec mes amis Dichim Zoug et Tlon Uqbar. Leurs personnages vont souffrir et, nous, je sais qu'on va bien rigoler.

Et si vous vous joignez à nous ? Nous jouons par hangout, le mardi soir de 20h30 à 23h/23h30 généralement tous les quinze jours.

PS : Si la fiche détaillée de Steffy d'Armale vous intéresse, laissez-moi votre email et je partagerai le document avec vous.

samedi 5 septembre 2015

Philibert, Bretteur puceau

J'ai eu récemment l'occasion de voir ce chef-d'oeuvre (hum) du cinéma que sont Les Aventures de Philibert, capitaine puceau.

Le personnage de Philibert nous est apparu absolument parfait pour une partie parodique et encore plus déjantée de Fripon(ne)s. Jouer un jeune homme superbe, naïf, un rien bigot, totalement (ou presque) insensible aux charmes féminins (sauf d'une seule) et encore plus masculins, ne peut être qu'une source supplémentaire d'éclats de rire. Imaginez le choc culturel quand il sera confronté aux Edrulains ou à leurs alliés !



D'ailleurs, l'ayant testé (merci à Vincent Mathieu de s'y être collé), je peux vous assurer que ça marche !

Voici donc la fiche de Philibert, Bretteur Puceau pour Fripon(ne)s :

Nom : Philibert

Concept principal : Bretteur Puceau
Physique : Beau comme un dieu, Souple
Esprit : Intègre (beaucoup trop) et Courageux
Face à l'opposition : Je corrige
Equipement : Une magnifique rapière
En amour, je me garde pour ma promise, à qui je ferais plein d’enfants rieurs qui peupleront notre belle demeure de rires et de chants.
Je ne sais pas trop ce que sont les Edrulains, mais j’ai ouï dire qu’ils aident les humbles. Ce sont sûrement de braves gens !
Faille : terriblement naïf et crédule
Atouts et Magie : 
  • Combattre à la rapière
  • Effectuer des acrobaties
  • Donner des leçons de morale
  • Inspirer confiance
  • Beau parleur
  • Résister aux dames


Philibert est le fils d’un important (et riche) producteur d’artichauts de l’île de Mordlez (dans les Milîles) venue à Havredoux pour vendre une cargaison de produits de la ferme familiale.

Voici la fiche au format PDF.
Note du 15/10/2017 : Lien rétabli



mercredi 2 septembre 2015

Elsa, marquise de Banrouge, dite "La mutine", Edrulaine au joli minois, Friponne pour son plus grand plaisir et le bien de tous

Je ne peux vraiment pas résister au plaisir de vous présenter le personnage qu'a créé Matthieu Chalaux pour notre dernière partie de Fripon(ne)s par Hangout.



Concept principal : Edrulaine au joli minois, Friponne pour son plus grand plaisir et le bien de tous
Physique : joli bout de femme  
Esprit: indépendante et mutine
Face à l'adversité : je minaude et je ronronne
En amour, j'aime les hommes et les femmes, surtout quand on peut être trois
Atouts: jouer la comédie, se dissimuler dans les ombres, se déplacer en silence, faire des acrobaties (pas seulement au lit), séduire et minauder, lire les émotions
Faille : coeur d'artichaud

Les tatillons remarqueront qu'il manque un trait physique. Le Créateur (oui, avec une majuscule, je vous ai dit que je ne recule plus devant rien) du jeu leur répondra qu'on peut l'ajouter à tout moment en partie.

Edition : on me sussurre dans l'oreille que la dame se nomme aussi Norah Lehembre et que la photo est tirée de la série TV Nicolas le Floch. J'en profite pour mettre d'autres photos :


(Note : Aimée d'Arranet, c'est pas mal comme nom de perso. A réutiliser...)

Et pour pouvoir l'utiliser en partie (l'essayer, c'est l'adopter), voici sa fiche au format pdf

(Note du 23/08 : lien vers fiche de perso rétabli)

mardi 1 septembre 2015

De retour de week-end...

Prenez quatre vieux (oui, faut assumer) rolistes mâles loin de leurs épouses et enfants, acharnés et normalement déjantés...

Enfermez-les dans une maison au fin fond (et peut-être même encore plus au fond) de la Bourgogne avec une poignée de livres de règles, de feuilles de persos et plein, plein de dés plus ou moins bizarres.

Bon, je ne vais pas vous faire 36:15 ma vie, on n'est pas sur les réseaux sociaux. Je ne vais donc pas vous parler des menus (très gras et carnés), des bières (Cuvée des trolls et Westmalle) et des bêtises à côté des parties.

On a donc commencé par Abstract Dungeon, histoire de se mettre en train et parce que la soirée était déjà bien écornée. Pari réussi, une partie en moins de 3 heures, création des persos comprise. L'idée de base est géniale : on jette tous les jets de dés avant et on les consomme au fur et à mesure. Il suffisait d'y penser...

Samedi matin, ce fut Pirates, le  "petit" jeu de Michaël Janod. A mon goût, pas la meilleure partie du week-end, mais un très bon jeu bière rhum et bretzels pour se mettre en train le matin. Idéal quand on a deux heures devant soi. Remarque, j'ai voulu suivre un scénario ("Rixes" trouvé sur la scénariothèque) et, rétrospectivement, je le regrette : j'aurais mieux fait de partir dans mon propre délire et le laisser avancer avec les contributions des joueurs.

Samedi après-midi, passage aux choses sérieuses. Ce fut donc Fripon(ne)s RPG. Du pur bonheur, car mes trois complices connaissent mon univers, me connaissent et savent ce qu'il faut faire pour qu'on s'éclate tous. Vincent choisit de jouer un personnage très inspiré de Philibert, le capitaine puceau dans le film éponyme. Le choc entre un jeune homme un peu bête, naïf et bigot, la cité d'Havredoux (la ville aux 1000 bordels) et les Edrulains fut fort pétillante . Conclusion 1) On en a tous les abdos qui font mal tellement on a ri et 2) je suis désormais sûr que désormais que pour Fripon(ne)s, c'est comme pour l'Amour, le bon chiffre de joueurs, c'est 3.

Après un barbecue homérique, nous décidons de digérer devant le film "Philibert, Capitaine Puceau". Pas du grand cinéma mais on a pleuré de rire sur certaines scènes. Je vais m'en inspirer pour un prochain scénario car toute la matière est là...

Le lendemain, on a conclu avec une partie de La lune et douze lotus de Mossieu "Je-te-dégoute-d-écrire-des-JdR" Grumph : un fils à papa tête à claques, son giton, une amazone bombasse, des hyènes invoquées, des zombies, des indien(ne)s persécuté(e)s et des sorciers maléfiques dans des pyramides aztèques planquées dans des forêts. Et un fou-rire monumental en milieu de partie.



J'avais dit mon enthousiasme sur l'univers dans un post précédent mais gardais mes réserves sur le système. Elles ont fondu comme neige au soleil car, honnêtement, ça le fait. C'est simple à mettre en oeuvre, les options sont là pour que les combats (forcément nombreux, c'est la S&S, pas un jeu de gonzesses comme Fripon(ne)s) ne sont pas de simples séances de lancers de dés mais soient pimentés par des choix tactiques. On en refera...

J'ai mené 3 parties sur 4, cédant devant les "Oui, mais j'ai pas préparé mon scénario" et les "Oui, mais si on joue à ça, tu vas pas aimer". Pas grave, j'aime mener !

Bref, un week-end où j'ai eu l'impression d'avoir à nouveau 15 ans. Des grands mômes ensemble, de la rigolade, de la rigolade et encore de la rigolade.

Merci donc à Lapin Soyeux, Matou Moelleux (à qui j'emprunte dans ce billet quelques phrases postées sur son Facebook) et Rat Galeux. Les gars, je vous aime.

Faut faire ça plus souvent.